Vie politique

This post is also available in: enAnglais

Gouvernement

Depuis l’amendement de 1992 à la constitution, le Cameroun est devenus un État multipartite. Le pouvoir exécutif est détenu par le président, qui exerce ses fonctions pendant sept ans pour un maximum de deux mandats. Néanmoins, la constitution a de nouveau été modifiée en 1996 pour donner au président un mandat illimité.

Dirigeants et responsables politiques

La période de vingt-sept ans de gouvernement de parti unique a laissé un héritage d’une culture politique autoritaire. Au niveau national, la direction du gouvernement réside dans le président et son cabinet. Au niveau local, les préfets et les sous-préfets sont les fonctionnaires administratifs les plus puissants. Les postes au sein du gouvernement sont déterminés par une combinaison de savoir-faire, de loyauté envers les partis et d’origine ethnique et régionale. Dans de nombreux domaines, des formes locales et nationales de leadership coexistent. Par exemple, les chefferies des régions du Nord-Ouest et de l’Ouest forment des États au sein d’un État, les fons partageant le pouvoir avec les représentants du gouvernement. Certains chefs ont servi de points de ralliement aux groupes d’opposition lors des crises politiques des années 1990 et de la crise anglophone en cours qui a éclaté fin 2016.

Problèmes sociaux et contrôle

 Il existe plusieurs forces de police, dont des agents de sécurité intérieure, des gendarmes et des militaires. Le système juridique combine le système jurisprudentiel britannique avec le système juridique statutaire français. Le vol, comme partout ailleurs dans le monde, est un crime courant, en particulier les barrages routiers par des bandits armés, et le Département d’État américain a émis des avertissements réguliers à propos des bandits dans les régions touristiques du nord. Cependant, le gouvernement a réussi à se débarrasser de ces bandits de la route en déplorant des forces militaires spécialement formées connues sous le nom de B.I.R dans les zones à risque pour accompagner les touristes et effectuer des patrouilles régulières. Les insurrections islamistes sadiques de Boko Haram qui ont éclaté au début de 2011 ont gravement menacé la sécurité dans les régions touristiques du nord. Cela a justifié des sanctions diplomatiques à l’encontre du Cameroun, car la plupart des ambassades l’ont placé dans la «zone rouge», interdisant ainsi à leurs citoyens de se rendre dans ces régions de la zone rouge. Cependant, avec le déploiement du B.I.R dans ces régions, le gouvernement a de nouveau réussi à pousser ces rebelles islamiques de Boko Haram jusqu’aux frontières avec le Nigeria et le Tchad.

Les chefs locaux servent de juges pour la paix et reçoivent un petit salaire mensuel du gouvernement. Officiellement, le droit pénal n’est pas de leur ressort, bien qu’ils règlent souvent les litiges concernant le vol, l’intrusion et les blessures ou voies de fait par le biais de la sorcellerie.

Le droit coutumier combine des formes de règlement des contestations allant des rituels de réconciliation, au bannissement et à la punition capitale. Une combinaison de discussion et l’utilisation d’oracles sont toujours utilisées dans la plupart des cultures. Depuis l’ère coloniale, la juridiction des chefs et conseils locaux s’est érodée. Les mécanismes informels de contrôle social comprennent les ragots, l’ostracisme et la peur des représailles occultes, ancestrales ou divines pour les méfaits.

Activité militaire

Le Cameroun a un accord de défense bilatéral avec la France. Dans les années 80 et 90, l’armée a été impliquée dans des différends confrontations frontaliers avec le Nigéria concernant la péninsule de Bakassi. Depuis fin 2016, il est confronté à des rebelles séparatistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.