Répartition administrative

This post is also available in: enAnglais

Le Cameroun a 10 régions distinctes avec des différentes traditions culturelles, religieuses et politiques ainsi que des variétés ethniques. La subdivision du pays en mandats de la Société des Nations sous domination britannique et française après la Première Guerre mondiale a créé des régions anglophones et francophones. La partie anglophone comprend les régions du sud-ouest et du nord-ouest, où l’anglais pidgin est la lingua franca et l’anglais est enseigné à l’école. Le système éducatif et les pratiques juridiques sont ceux dérivés de la Grande-Bretagne. La partie francophone comprend les huit autres régions, où le franglais est la lingua franca et le français est enseigné à l’école. Le système scolaire français est utilisé et le système juridique est basé sur le droit statutaire de l’Europe continentale. Cette partie est dominante en nombre et en puissance. La tension entre les deux parties a augmenté après l’introduction d’un système politique multipartite dans les années 1990 et s’est intensifiée en novembre 2016 avec le déclenchement de la crise anglophone, les militants attendant de faire sécession du Cameroun français.

La partie anglophone est divisée en deux ceintures culturelles. Les peuples Grassfields de la région du Nord-Ouest, composés de près d’une centaine de chefferies dirigées chacune par un roi divin appelé Fon. La plupart de ces chefferies ont des systèmes de parenté patrilinéaire ou à double lignée, bien que certains groupes, tels que les Kom, soient matrilinéaires. La polygynie et la fertilité sont des valeurs culturelles importantes, bien que cela varie selon la richesse et l’éducation. L’organisation sociale et la culture des Grassfielders sont étroitement liées à celles des peuples francophones bamilékés de la région de l’Ouest. Comme les Bamiléké, les Grassfielders sont souvent opposés au gouvernement central. Les peuples de la région du Sud-Ouest ont des systèmes de gouvernance et d’organisation sociale moins hiérarchisés. Les Britanniques ont nommé des chefs de mandats pour aider à leur domination coloniale et, dans de nombreux cas, la population s’est ralliée à ces chefs dans la période postcoloniale. Les peuples de la région du Sud-Ouest comprennent les Bakossi, Bayangi, Bafaw, Bangwa, Mbo’o, Aboh, Akwaya et les Bakweri qui vivent le long des pentes du mont Cameroun. Les Bakweri pratiquent des rites de guérison et d’initiation dans des associations de médiums spirituels et font la distinction entre les rôles masculins et féminins et entre les villages et les brousses.

Dans la partie francophone, le nord largement musulman et animiste est culturellement distinct du sud largement chrétien et animiste. La zone nord comprend trois régions: Adamaoua, Nord et l’Etreme Nord. Depuis le djihad dirigé par un religieux islamique en 1804, la région du nord a été culturellement dominée par les Peuls. Les Peuls urbains sont reconnus comme des religieux dans la branche sunnite de l’islam. La plupart des Peuls sont des éleveurs de bétail. Un sous-groupe important est le Bororro, connu pour la taille de ses troupeaux de bovins. Avec leurs collègues haoussa, ils se livrent au commerce à longue distance comprenant du bétail. Les autres groupes ethniques du Nord comprennent les Mandara, Kokoto et les Choa arabes. Les principales cultures comprennent le coton et le mil. La plupart des peuples du Sud sont chrétiens ou pratiquent des pratiques religieuses animistes traditionnelles. Les régions du Centre, du Sud et de l’Est sont caractérisées par une dense forêt tropicale humide. Le Centre et le Sud sont culturellement dominés par les peuples Beti, qui incluent les Ewondo, Eton et Bulu, et sont liés linguistiquement et culturellement aux peuples Fang du Gabon. Ils sont patrilinéaires, cultivent des racines et des arachides pour leur propre consommation et cultivent le cacao comme culture de rente. Les Ewondo furent les premiers convertis au catholicisme. L’actuel président, S.E. Paul Biya est Bulu, et de nombreux auteurs éminents sont Beti. Les peuples de l’Est comprennent les Maka et les Gbaya, tous deux dotés de formes d’organisation sociale relativement égalitaires au Cameroun, dont la réciprocité est une valeur clé. La foresterie et la culture du tabac sont d’importantes sources de revenus. La région de l’Est abrite également les Ba’aka, un groupe de charognards des forêts tropicales (pygmées) d’environ trente mille à quarante mille habitants vivant dans de petits camps qui échangent des produits forestiers avec les planteurs voisins. La région du Littoral se trouve dans la ceinture côtière de la forêt tropicale au sud-ouest. Il comprend la plus grande ville, Douala, et la zone d’extraction industrielle, hydroélectrique et de bauxite près d’Edea. Les principaux groupes ethniques sont les Duala et Bassa.

La partie sud de la zone francophone comprend la région des hauts plateaux de la région de l’Ouest, qui comprend les peuples Bamiléké et Bamoun. Les deux sont culturellement similaires aux Grassfielders. Les Bamiléké constituent environ 25% de la population. Dans les sols volcaniques riches, ils cultivent des cultures vivrières et du café. La population est dense et les Bamiléké ont servi de population de réserve de main-d’œuvre au XXe siècle, ce qui a entraîné une forte population expatriée urbaine entrepreneuriale. La grande population urbaine est importante dans le commerce et l’enseignement supérieur. Depuis la conversion du sultan Njoya à l’islam au début du XXe siècle, les Bamoun sont un peuple largement musulman. Le sultan Njoya, un homme d’une intelligence inhabituelle, a développé un alphabet original et a écrit une histoire de son peuple et de sa dynastie.

En général, le sentiment d’une culture nationale commune a été créé par une histoire, une scolarité, des fêtes et des symboles nationaux partagés et un enthousiasme pour le football. Cependant, la spécificité ethnique demeure et l’identité ethnique est devenue une source de plus en plus importante de capital social au cours des années 90.