Mariage, famille et parenté

This post is also available in: enAnglais

Mariage

Parmi de nombreux groupes ethniques, les premiers mariages étaient historiquement arrangés avec des degrés divers de droit de veto par les futurs mariés, mais le choix individuel mettant l’accent sur la camaraderie est de plus en plus courant. La plupart des groupes du Sud préfèrent le mariage exogame, tandis que les Peuls ont tendance à être endogames. La polygynie est un objectif dans de nombreux groupes mais n’est pas toujours financièrement réalisable. Certaines femmes préfèrent la polygamie à petite échelle pour la camaraderie et l’entraide qu’une coépouse pourrait fournir.

Unité domestique

L’organisation nationale varie considérablement à travers le Cameroun. Les complexes polygames ruraux sont composés d’un chef de famille masculin entouré de ses femmes et de leurs enfants. Les épouses et les enfants dorment généralement dans des logements séparés dans l’enceinte. Dans les zones urbaines et rurales, l’éducation des enfants par un proche parent (une sorte de placement familial) est courante.

Héritage

L’organisation de la parenté varie considérablement, tout comme les règles locales d’héritage. L’héritage foncier est souvent séparé de celui des biens mobiliers. L’héritage des épouses peut servir de forme d’assurance vieillesse pour les femmes sans enfants adultes, car le mariage donne accès à la terre. Parmi de nombreux groupes, les titres et honneurs traditionnels peuvent être hérités.

Groupes de parents

La plupart des groupes du Nord, comme les Peuls, sont patrilinéaires. L’organisation de parenté de la plupart des Grassfielders, Bamiléké et Bamoun est autrement décrite comme une descendance patrilinéaire ou double. Les peuples Kom du Grassfields notamment sont un exemple matrilinéaire. La plupart des peuples des forêts sont patrilinéaires.