Histoire et relations ethniques

This post is also available in: enAnglais

Émergence de la nation

Avant la colonisation, le Cameroun était un territoire de zones climatiques diverses, peuplées par une variété de peuples et de politiques. Les États musulmans du nord faisaient du commerce avec des marchands transsahariens et des peuples arabes. Les peuples côtiers du sud faisaient du commerce avec les marins portugais et néerlandais à partir de la fin du XVe siècle. En 1884, le Cameroun est devenu un protectorat allemand (Kamerun). Les Allemands ont été vaincus par les forces britanniques et françaises en 1916, et le territoire a été divisé entre ces nations en 1916. En 1922, les zones française et britannique sont devenues des mandats de la Société des Nations, les Français contrôlant plus de 80% du territoire national. Ces zones ont été transformées en tutelle des Nations Unies en 1946. Ce dernier a servi plus tard d’élan à la réunification de ces zones au moment de l’indépendance. Le Cameroun français est devenu indépendant le 1er janvier 1960 et après un plébiscite le 1er octobre 1961, le Cameroun britannique a accédé à l’indépendance. La partie sud du territoire britannique a rejoint la République du Cameroun pour former la République fédérale du Cameroun, tandis que la partie nord du territoire britannique, ethniquement unie avec les États de la cité haoussa, a rejoint le Nigéria. En 1965, le Cameroun est passé sous un régime de parti unique. Elle a été renommée République Unie du Cameroun en 1972 et République du Cameroun en 1984.

Identité nationale

 Une culture nationale a d’abord été formée par des puissances extérieures à travers la colonisation. Un sentiment d’identité nationale commune est particulièrement fort dans les grandes institutions de socialisation telles que les écoles et pendant les matchs internationaux de football, les visites de dignitaires étrangers et les périodes de conflit international. Ahmadou Ahidjo, un musulman de la ville de Guider, dans le nord du pays, qui a été président de l’indépendance jusqu’en 1982, a tenté de favoriser l’intégration nationale en affectant des fonctionnaires dans des zones situées en dehors de leur patrie ethnique. Son successeur, Paul Biya, est un catholique de l’ethnie Bulu (Beti) de la région Sud. En 1983 et 1984, de prétendues tentatives de coup d’État par des fidèles d’Ahidjo ont conduit à la loi martiale et à des tensions ethniques entre les groupes des régions du nord et du sud. Depuis la légalisation du multipartisme en 1992, les partis politiques sont de plus en plus associés à des groupes ou régions ethniques spécifiques.

Relations ethniques

Outre les distinctions régionales et ethniques, des coalitions et des tensions existent au niveau local. Les habitants des régions septentrionales sont collectivement appelés «les Nordistes» par leurs compatriotes du Sud et partagent certains attributs culturels liés à leur religion islamique. Les peuples anglophones et francophones des Grassfields (Grassfielders, Bamiléké et Bamoun) partagent des attributs communs et pratiquent leur propre diplomatie inter-chefferies depuis plusieurs siècles. En février 1992, la violence entre les groupes ethniques arabes Choa et Kokoto lors de l’inscription des électeurs a causé la mort de plus d’une centaine de personnes. La violence a refait surface deux ans plus tard, conduisant plus d’un millier de personnes à chercher refuge au Tchad. Dans les Grassfields des régions du Nord-Ouest et de l’Ouest, l’interdépendance et les conflits entre les planteurs et les éleveurs coïncident avec l’origine ethnique. L’ethnicisation des partis politiques et l’importance croissante de l’ethnicité par rapport aux revendications économiques ont conduit à des conflits entre les populations “autochtones” (autochtones) et migrantes.