La region de l’Est

0 Deal Offers

This post is also available in: enAnglais

La région Est du Cameroun

L’Est est l’une des plus vastes régions du pays. Il est bordé au nord par la région d’Adamawa, à l’est par la République centrafricaine, au sud par la République du Congo et à l’ouest par les régions du Sud et du Centre. Il est peuplé parmi d’autres tribus, par les pygmées, les premiers habitants de la région qui réunissent tous leurs besoins vitaux dans leur environnement par la cueillette, la pêche et la chasse.

Bertoua est le siège social de la région de l’Est. Elle a une superficie de 109 011 km2 et une population de 801 968 habitants (estimations 2010).

La Région de l’Est est composée de quatre départements:

BOUMBA ET NGOKO (YOKADOUMA)

LE HAUT – NYONG (ABONG – MBANG)

KADEY (BATOURI)

LOM ET DJÉREM (BERTOUA)

Également connue sous le nom de «Terre du soleil levant», la région de l’Est est une zone écologique dominée par une forêt équatoriale dense où quelque 1 500 espèces végétales et plus de 500 espèces animales sont totalement ou partiellement protégées, en particulier celles de la réserve naturelle du Dja, un site du patrimoine mondial de l’UNESCO.

La température annuelle moyenne est d’environ 24 ° C. Les précipitations sont relativement élevées, atteignant en moyenne 1 500 à 2 000 mm de pluies par an.

Les pygmées (petites personnes) qui vivent de la chasse et de la cueillette dans la forêt ont réussi a conservé leur mode de vie depuis des millénaires. Ces gens agréables et accueillants ont transformé leur environnement en un lieu accueillant, visité par des milliers de touristes chaque année.

ÉCOTOURISME

Cette région de forêt dense se distingue comme l’une des principales destinations écotouristiques au Cameroun. Le gouvernement camerounais et de nombreuses ONG ont travaillé dur pour préserver et protéger l’écosystème fragile et le patrimoine naturel de cette région contre l’influence urbaine et la pollution, en particulier dans la réserve naturelle du Dja et les réserves de chasse de Boumba – Bek et Nki.

LA RÉSERVE NATURELLE DJA

Il est presque entièrement entouré par la rivière Dja, qui forme ses limites naturelles. La réserve du Dja est particulièrement remarquable pour sa biodiversité et la grande variété de primates (gorilles des plaines occidentales, chimpanzés), éléphants de forêt et autres mammifères. Il fait partie intégrante des forêts denses humides du bassin du Congo. Environ 90% de sa superficie reste encore inexploitée.

LE PARC NATIONAL DE LOBEKE

C’est le royaume de nombreux oiseaux, gorilles et autres mammifères tels que les éléphants, les buffles, les antilopes et de nombreux autres animaux qui peuvent être observés depuis les observatoires (miradors) construits dans les clairières de Bolo, Djangui, Ndagaye, Ngoa, Djaloumbe et les petits Savanes. Les poissons de ses rivières et les fêtes traditionnelles (danses) des pygmées BAKA sont quelques-unes des nombreuses attractions de la région.

AUTRES RÉSERVES ET SITES

La réserve Boumba – Bek dans le district de Mouloundou;

La réserve de Mbam et Djerem à l’intersection entre les régions de l’Est, Centre et Adamawa;

Le bois de Madouma, abritant l’ancienne résidence du Dr Jamot;

La Réserve de Nki, dans le quartier de Ngoîla.

TOURISME D’AVENTURE

SAFARI PHOTO

Les réserves de gibier de la région de l’Est sont caractérisées par des clairières et des tours d’observation d’où les touristes peuvent observer les animaux et les oiseaux tout en prenant des photos. Les visiteurs ont la possibilité de photographier et de prendre des photos exceptionnelles dans les petites et grandes savanes, en particulier dans le parc national de Lobeke.

CHUTES ET LACS

Les chutes de Boden dans l’arrondissement de Ketté;

Les chutes de Ndong dans le district de Ndélélé, ville de Yota;

Le lac Batouri, spécialement aménagé pour la pêche et la pirogue;

Les lacs de Mokounounou, formés par un bras de la rivière Ngoko;

Les chutes de Boumba, dans l’arrondissement de Yokadouma;

Les chutes du Mali, Limboka et Monaî, dans le district de Betare – Oya;

Les rives de la rivière Sanaga, dans le quartier de Belabo;

Les chutes de Nki, dans l’arrondissement de Ngoîla.

MONTAGES, GROTTES ET POINTS

Les monts Pandi formés de trois rochers avec un arbuste dense sur les sommets, demeure d’une faune riche. Le plus gros est identifié comme mâle et les plus petits sont identifiés comme femelles;

Le Sanctuaire marial, aménagé par les missionnaires catholiques, comme retraite de pèlerinage et de méditation pendant la semaine de l’Assomption;

Les grottes de Mbartoua, où le chef Baya, Mbartoua et son peuple se sont réfugiés fuyant la pénétration coloniale et les invasions islamiques;

Le rocher de Bindia;

Les grottes de Mvanda et Esseng, dans le quartier de Nguélémendouka;

La grotte de Timbé, dans le quartier de Doumé.

AUTRES SITES

L’étang de Ndélélé, avec son impressionnant troupeau d’hippopotames, habitué à la présence des humains dans leur habitat naturel;

L’étang d’hippopotame de Lala dans le district de Kette;

Les mines d’or creusées par les villageois avec des outils rudimentaires;

Les Nika Lodges, construits en 1952, pour servir d’escale aux militaires français de la République centrafricaine;

Le camp pygmée de Mayo, un village conçu et construit pour installer des pygmées. C’est un village expérimental qui intègre l’habitat typique des pygmées, l’habitat moderne et l’habitat forestier typique (argile);

La forteresse allemande, vestige colonial actuellement utilisé comme bureau de gendarmerie.