Alimentation et économie

This post is also available in: enAnglais

La nourriture au quotidien

Le partage de plats cuisinés est l’un des principaux moyens de cimenter les relations sociales et d’exprimer la grande valeur accordée à la compagnie humaine. Le partage de nourriture et de boissons témoigne de l’hospitalité et de la confiance. Les réseaux de soutien social entre parents et amis, en particulier entre les ruraux et leurs proches urbains, sont symboliquement liés par des cadeaux d’aliments cuits et non cuits.

Des sacs de haricots, de maïs ou d’arachides «de la maison» peuvent être vus sur les toits des taxis de brousse circulant entre la campagne et les centres urbains.

Les repas se composent d’une céréale cuite ou d’un aliment de base accompagné d’une sauce ou d’un ragoût. Dans les régions du sud, les principaux aliments de base sont les plantes-racines telles que le manioc, le macabu et les plantains. Dans la savane humide et les Grassfields, le maïs et les plantains et dans le nord aride, le sorgho et le millet. Le riz et les pâtes sont devenus populaires. Les agrafes peuvent être bouillies, pilées ou frites. Le plus souvent, ils sont transformés en une bouillie épaisse en forme de boules oblongues. Les sauces ont généralement une base d’huile de palme et d’arachides moulues. Les légumes vertes comme les foulons, le gombo et les courges sont courants. Les piments forts, les oignons, le gingembre et les tomates sont des condiments populaires. Du poisson ou de la viande séchée ou fraîche peut être incluse dans la sauce. Les fruits non cuits comme les bananes, les mangues, les papayes, les oranges et les avocats sont des collations et des desserts populaires. Ils ne sont pas considérés comme faisant partie des repas.

Dans de nombreuses régions, les hommes et les invités mangent avant les femmes et les enfants. Le lavage des mains fait partie de l’étiquette des repas. Que ce soit à partir d’un plat séparé ou d’un pot commun, une petite boule de bouillie est formé par trois doigts de la main droite puis trempée dans la sauce. L’occidentalisation a conduit les familles à manger ensemble autour d’une table commune, en utilisant des places et des assiettes séparées.

Les tabous alimentaires varient selon le groupe ethnique. Les Bassa de la région du Littoral servent un plat gastronomique de steaks de vipère à la sauce noire, mais seuls les mâles les plus âgés des Ewondo (Beti) de la région du Centre peuvent manger de la vipère. Les totems de clans, guérisseurs ou dynasties royaux spécifiques sont tabous pour certains membres de certains groupes ethniques.

Coutumes alimentaires lors des cérémonies

Lors de la visite d’un invité d’honneur, d’un mariage ou d’un enterrement, un poulet, une chèvre, un mouton ou un bœuf est servi aux invités. Des boissons spéciales, telles que du vin de palme et de la bière de mil, ainsi que des boissons gazeuses en bouteille, de la bière et du vin sont servies à ces occasions. Parmi les Bamiléké, dans le cadre des festivités du couronnement, le chef suprême nouvellement installé sert cérémonieusement à chaque sujet une poignée de haricots mélangés à de l’huile de palme pour symboliser la capacité du chef à assurer la nourriture et la fertilité dans son royaume.

Économie de base

Le pays est essentiellement autosuffisant en nourriture, bien que la distribution de nourriture soit variable. Des famines saisonnières se produisent dans le nord aride. Le produit national brut (PNB) par habitant était de 610$ en 1996. De 1990 à 1996, le PNB a diminué et il a affiché de légères augmentations depuis lors. Le Cameroun a un excédent commercial mais est accablé par la dette. L’agriculture, y compris la production de cultures vivrières et commerciales comme le café, le cacao et le coton, emploie près des deux tiers de la main-d’œuvre. Beaucoup de gens produisent principalement pour eux-mêmes, vendant le «surplus» sur les marchés locaux.

Régime foncier et propriété

Chez les Peuls, la terre est héritée patri-linéairement. Dans les Grassfields, les terres sont détenues par les fons, les droits d’utilisation étant dévolus à des patrilinéas et matrilinéas spécifiques. Dans tout le pays, la privatisation du régime foncier augmente. L’accès aux titres fonciers privés dépend de l’argent, de la compréhension de la bureaucratie et des relations. Les femmes, principales productrices de cultures vivrières, sont souvent désavantagées lorsque les terres sont privatisées.

 

Activités commerciales

Dans les villes, il y a des épiceries et des magasins de produits secs. Les restaurants et les bars, les taxis, les motos-taxis et le travail domestique représentent une proportion croissante de la population active.

Industries majeures

Les principales industries comprennent l’exploitation minière agropastorale et de l’aluminium, la foresterie et la fabrication de boissons. Le pétrole est une source importante de revenu national.

Commerce

Le bois, le café, le cacao, le coton et l’huile de palme sont les principales exportations. Les partenaires commerciaux sont la France, le Nigéria, les États-Unis, la Chine et l’Allemagne. Les principales importations comprennent les biens de consommation, les produits semi-finis, les minéraux, le matériel industriel et de transport ainsi que les aliments, les boissons et le tabac.

Division du travail

La division du travail est déterminée en grande partie par l’éducation formelle (pour les fonctionnaires) et le sexe. Il y a une certaine spécialisation par groupe ethnique comme l’élevage par les Peuls, la boucherie et le commerce de la viande par les Hausa, le transport et le commerce par les Bamiléké.